Agriculture

Suggestions

Volontaires montagne

volontaires montagne

Dans une région où l’agriculture de montagne joue un rôle extrêmement important, le travail à l'alpage ou en plaine ne manque pas. 

Il est possible de prêter main forte à l’un des agriculteurs du Parc sur une ou plusieurs journées et découvrir une partie de son quotidien dans la réalisation de différentes tâches grâce à Volontaires montagne, un programme de l'Aide suisse à la montagne
 

de l'herbe à l'assiette - journée du parc 2023

La Journée du Parc 2023 a été organisée à Rossinière le 18 mars sur les thématiques de l'agriculture et de l'alimentation durables intitulée De l'herbe à l'assiette

P00872_logo_journée du parc_SD

L'agriculture dans le Parc Gruyère Pays-d'Enhaut

L’agriculture de la région est essentiellement axée sur l’élevage et la production laitière bovine. Quelques exploitations se sont lancées dans des productions maraîchères. 

Projets agricoles

Les projets brièvement présentés ci-dessous sont des projets qui sont actuellement menés au sein du Parc, d’autres peuvent bien évidemment voir le jour en fonction des décisions prises par la commission agricole et de l’évolution de la politique agricole.

Réseaux écologiques et projets qualité du paysage

L’ensemble du territoire du Parc est recouvert par quatre réseaux écologiques (OQE) ainsi que deux projets qualité paysage (CQP) :

  • Réseau écologique de l’Intyamon (mis en place en 2003, 39 agriculteurs)
  • Réseau écologique de la Jogne (mis en place en 2008, 29 agriculteurs)
  • Réseau écologique Pays-d’Enhaut - Les Mosses (mis en place en 2010, 124 agriculteurs)
  • Réseau écologique des Rochers de Naye (mis en place en 2013, 31 agriculteurs)
  • Qualité paysage des Alpes vaudoises (mis en place en 2014, 244 membres pour la partie Parc)
  • Qualité paysage de la Jogne et de l’Intyamon (mis en place en 2014, 290 membres)

Ces six projets regroupent au total 493 membres (agriculteurs ou teneurs d’alpages) réunis en quatre associations régionales. Le Parc s’est fortement impliqué dans la mise en place de ces projets ; aujourd’hui il continue à participer au suivi et à la reconduite (selon les délais légaux en vigueur) des quatre réseaux écologiques, au suivi et à la mise en place de nouvelles mesures des deux projets CQP et il assure la gestion administrative et la comptabilité de 3 associations de réseaux écologiques (Jogne, Pays-d’Enhaut – Les Mosses, Rochers de Naye). Le Parc s’engage également à prendre à sa charge le financement de la mise en place des réseaux écologique, leur reconduite tous les 8 ans ainsi que les frais liés aux adhésions de nouveaux agriculteurs. 

Vache Pays d'Enhaut

gestion des effluents

La problématique de la gestion des effluents, et en particulier des petits-laits de fabrication sur alpages, a été identifiée comme un thème prioritaire par la commission agricole. En conséquence le Parc participe à la recherche de solutions adaptées au contexte et soutient des solutions de traitement des petits-laits d’alpage les plus appropriées, sur la base du volontariat des agriculteurs. 

Dans cette optique le Parc a promu la mise en place de filtrations sur lit de compost, ainsi que la mise en valeur du petit-lait par des bœufs ou des porcs d’alpage. Avec Prométerre, les services de l’Etat de Vaud concernés, la commune de Château-d’Œx et la Coopérative de l’Etivaz, le Parc fait partie d’un groupe de travail qui cherche à mettre en place une filtration du petit-lait sur lit de roseaux, à améliorer l’efficacité des systèmes de filtration sur lit de compost (projets gérés par la DGE-Assainissement), ainsi qu’à mieux valoriser les porcs d’alpage (projet géré par Prométerre).

porcs alpage

Concours prairies fleuries

Prairie fleurie

En 2016, la commission agricole du Parc a organisé un concours prairies fleuries afin de valoriser le travail des agriculteurs qui gèrent leurs prairies fleuries avec soin et prévoyance depuis des générations. La population est également sensibilisée à la beauté qu’offrent les prairies de nos régions ainsi qu’à leur importance de leur biodiversité. Pour sa première édition, les agriculteurs du Parc pouvaient inscrire des prairies de fauche, des prairies à narcisses, des surfaces à litière ou encore des pâturages fleuris. Trois conditions ont été fixées, la surface mesurait plus de 10 ares, elle était comprise dans la SAU et dans le territoire du Parc. Une clef d’évaluation a été mise en place par les 7 membres du jury pour noter les 24 prairies inscrites par 21 agriculteurs. La structure du milieu, la diversité végétale mais également la difficulté d’exploitation ont été pris en considération dans l’évaluation des parcelles. Une note coup de cœur a été attribuée à chaque prairie.

La remise des 12 prix attribués s’est déroulée le 12 décembres 2016 à Charmey, dans la fourragère de Gebhard Schuwey.