BIODIVERSITé

Suggestions

Chacun son coup de pouce en faveur de la biodiversité

Le Parc soutient les habitants de son périmètre dans différentes actions en faveur de la biodiversité et du paysage. 

Plantation de fruitiers, d'arbres et de haies indigènes, création ou revitalisation d'étang, invitez la nature chez vous !

Le Parc soutient ces actions par des financements et du conseil, selon les ressources à disposition.

Silène

Planter 
des fruitiers

Pommes en grappe-4416x2486

La plantation d’arbres fruitiers permet de déguster de délicieuses variétés anciennes de fruits, tout en favorisant la pollinisation des abeilles.
 

Planter arbres 
et arbustes

Fusain haie vive-4032x2268

Les buissons indigènes remplacent les haies de thuya en apportant un bénéfice esthétique certain. Ils servent d’habitat à de nombreux oiseaux et insectes.

Créer / revitaliser
des étangs

Etang Gruyères-2048x1151

Les étangs agrémentent joliment vos espaces verts en y apportant de la fraîcheur. Ils représentent un habitat indispensable pour libellules et amphibiens.

Plantes exotiques envahissantes

Bon nombre de plantes exotiques envahissantes ont été introduites en Suisse à des fins d’ornement. Ces plantes ont un potentiel de reproduction élevé couplé à une croissance rapide, ce qui leur permet de concurrencer la végétation indigène et de la remplacer. Elles représentent une réelle menace pour la biodiversité indigène. Certaines causent également des dégâts aux infrastructures (Renouées du Japon) ou à la santé humaine (Berce du Caucase).

Parmi les quelques 3'000 espèces que compte la flore suisse, 730 sont des plantes exotiques dont 89 sont considérées comme envahissantes. Onze de ces espèces sont interdites de vente et de dissémination. Quelques-unes de ces espèces sont encore très présentes dans les jardins ornementaux.

Buddléia de David

Le Buddléia de David fait partie de la liste noire des plantes exotiques envahissantes

Espèces cibles

Hermine

Chaque année, le Parc s'arrête sur l’une ou l’autre espèce issue de cette liste et propose une série d'actions en lien direct.

le lézard agile : espèce cible 2022-2023

Le lézard agile a été choisi comme espèce cible du Parc pour 2022 et 2023, une bonne occasion de (re)découvrir cette espèce menacée, d’étudier sa situation sur le territoire du Parc et de mettre en place des mesures pour préserver ses habitats de prédilection et ses populations.

lezard_agile_G.Mazza

©Andreas Meier

Le rougequeue à front blanc : espèce cible 2020-2021

Rougequeue_©Claudia Hirschenhuber

©Claudia Hirschenhuber

En 2020-21, c'est le rougequeue à front blanc qui a été choisi comme espèce cible du Parc. Afin de mieux connaître sa répartition dans le Parc, un inventaire participatif a été réalisé au printemps 2020 par 20 ornithologues passionnés dans les 17 communes du Parc.

La charte des jardins

Charte_des_jardins_2022-1536x1272

Le Parc promeut la Charte des jardins qui rassemble les bonnes pratiques faciles à appliquer chez soi. 

Cet engagement moral favorable à la petite faune est ouvert à chacune et chacun. 

Qu'est-ce que la biodiversité? 

Bien que la biodiversité soit aussi ancienne que la vie sur Terre, ce concept n’est apparu que dans les années 1980. Depuis le sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992, le concept de biodiversité connaît un intérêt croissant. Le terme biodiversité désigne une mesure. Une mesure de la diversité du vivant, considérant la diversité des écosystèmes, des espèces et des gènes. La biodiversité ne se limite donc pas à une liste des espèces vivantes qui peuplent la planète, mais désigne également toutes les interactions des espèces entre elles et avec leurs milieux. La mesure comptable de la biodiversité pourrait laisser croire qu’il s’agit d’une donnée comme une autre, susceptible d’être classée comme une question secondaire dans le débat des priorités politiques. Il importe donc de se souvenir avec Baptiste Morizot que si nous partageons la même matière atomique avec les étoiles (dont nos molécules proviennent) nous partageons une famille avec les vivants, c’est-à-dire une ascendance commune, une vulnérabilité mutuelle et un destin commun. Nous commençons à le percevoir avec l’effondrement des populations d’insectes constaté ces trente dernières années, en comprenant les causes de ce déclin extraordinaire et ses conséquences sur les populations d’oiseaux et sur la pollinisation des fleurs. Les fleurs sauvages comme celles de nos cultures nourricières…