Vers une durabilité forte dans le tourisme

Suggestions

La durabilité forte, qu'est-ce que c'est ?

La durabilité est un mode de développement qui consiste à répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Afin d’identifier les différents besoins, la durabilité s’appuie sur trois piliers : l’environnement, l’économie, le social.

Lorsque l’on parle de durabilité forte, on part du principe que ces trois piliers ne sont pas interchangeables : on se doit de respecter les limites planétaires. Concrètement, cela signifie que dans un modèle de durabilité forte, il est inconcevable de détériorer l’environnement en compensant avec une plus-value d’ordre économique par exemple. L’environnement et le vivant constituent la condition de base sans laquelle aucun acquis social ou économique ne peut exister, et doivent ainsi être préservés en priorité.

Les impacts du tourisme

Impacts positifs*

  • Le tourisme contribue au Produit Intérieur Brut de la Suisse à raison d’environ 3%.
  • En Suisse, le tourisme génère plus de 150'000 emplois en équivalent plein temps.
  • De nombreuses régions se sont développées grâce au secteur touristique, et en dépendent fortement pour le fonctionnement de leur économie locale et de nombreuses infrastructures importantes aussi pour leur population (commerces, équipements sportifs et culturels, santé, etc.).
  • Pour ceux qui le pratiquent, le tourisme est une source de loisirs et de bien-être essentielle, permettant la découverte des patrimoines naturels et culturels d’ici et d’ailleurs.
  • Le tourisme participe à la rencontre d’autres cultures, pratiques et manières de vivre. Il contribue par ce biais au respect des différences. De même, il participe parfois au renforcement de la culture locale et des traditions (avec cependant un risque de folklorisation)

* Office fédéral du développement territorial ARE, 2012. Tourisme et développement durable. Bonnes pratiques et pistes d’action.

Impacts négatifs

  • Le secteur du tourisme participe au réchauffement climatique global par sa grande génération de gaz à effet de serre, notamment causée par les transports. En Suisse, les transports représentent 75% des émissions de CO2 imputés au tourisme. 
  • Par la construction d’hébergements, remontées mécaniques et autres types d’infrastructures, le tourisme crée des pressions sur la nature et le paysage.
  • La présence de touristes en milieu naturel peut être source de dérangements importants pour la faune et la flore, menaçant la survie de certaines espèces.
  • Si la fréquentation n’est pas bien gérée, le tourisme peut également avoir des répercussions négatives sur le cadre de vie des habitants (par exemple sur le prix des logements) et autres usagers du territoire (agriculteurs, chasseurs, etc.).
Parking Gros Mont-6240x3508

En prenant en compte l’impact global du tourisme et en considérant les enjeux environnementaux actuels, il est nécessaire d’opérer une transition vers un modèle de tourisme toujours plus durable. Le défi reste alors d’assurer le respect des conditions cadres nécessaires au maintien du vivant et à la limitation du réchauffement climatique, tout en maintenant des retombées socio-économiques positives pour les régions.  

Enjeux majeurs pour un tourisme durable sur le territoire 

Pour aller vers plus de durabilité, les acteurs du tourisme doivent se montrer particulièrement attentifs aux enjeux suivants :

  • La promotion et la préservation des patrimoines naturels et culturels ainsi que des traditions vivantes.
  • Le dérangement de la faune et de la flore.
  • La gestion des flux de visiteurs.
  • La création de valeur ajoutée pour l’économie régionale.
  • L’accessibilité des offres touristique en transports publics.
  • L’accessibilité des offres aux personnes en situation de handicap.
  • La provenance des hôtes.
Respecter c'est protéger-2367x2367

Quelques pistes pour rendre le tourisme plus durable

Il existe de nombreuses pratiques qui permettent aux touristes de voyager de manière plus durable et respectueuse des destinations. Voici quelques bonnes pratiques :

  • Privilégier les destinations peu lointaines, les transports publics et la mobilité douce.
  • Favoriser la consommation de produits issus du terroir local et de services proposés par les prestataires du territoire.
  • Respecter les zones protégées pour la faune et la flore.
  • Rester sur les sentiers et itinéraires balisés.
  • Privilégier les voyages moins fréquents mais de plus longue durée.
  • En nature, emporter ses déchets avec soi.
Tour du Comté de Gruyère - Motélon

Tourisme et changements climatiques

Si le tourisme contribue au réchauffement climatique avec de fortes émissions de CO2, il en est également victime ! En effet, la hausse globale des températures induit de nombreux changements qui impactent fortement le secteur du tourisme dans les années à venir, notamment dans les régions de montagne qui misent sur la pratique du ski.

La diminution de l’enneigement met à mal les modèles économiques basés sur le tourisme hivernal. Pour continuer à générer un revenu par le tourisme, les destinations doivent prendre en compte cette réalité et transiter vers une diversification des offres. La piste la plus rationnelle consiste à ne pas tout miser sur la saison hivernale, mais d’aller vers un tourisme générant des revenus durant la période estivale, voire sur les quatre saisons.

Vision tourisme des parcs suisses 2030-2050

Pour faire en sorte que le secteur du tourisme s’adapte aux enjeux environnementaux actuels, le Réseau des parcs suisses, association faîtière des parcs d’importance nationale suisses, comme le Parc naturel régional Gruyère Pays-d’Enhaut, a conduit une réflexion qui a permis la définition d’une vision commune. L’ensemble des parcs s'est engagé à être des pionniers en matière de durabilité forte dans le tourisme et les loisirs :

Nous, les Parcs suisses, nous engageons à ce que les activités touristiques et de loisirs dans les parcs aient des effets positifs sur les habitantes et les habitants, les visiteuses et les visiteurs, la culture et l'économie de proximité tout en préservant et valorisant la nature et le paysage.

  • Nous voulons réduire les impacts négatifs des activités touristiques et de loisirs sur la nature (biodiversité, paysages naturels et culturels) et nous adapter de manière proactive au changement climatique.
  • Nous voulons que le développement du tourisme contribue aujourd’hui comme demain au bien-être des gens. Nous mettons en relation la population locale avec les visiteuses et les visiteurs, encourageons la compréhension mutuelle tout en sensibilisant aux valeurs des parcs, ce qui les stimule pour agir en faveur de la durabilité. 
  • Nous voulons renforcer l'économie dans les régions des parcs grâce aux activités touristiques et de loisir. La régionalité, la valeur ajoutée locale et l’économie circulaire régénérative sont ainsi particulièrement importantes. Nous soutenons le processus d'apprentissage continu vers une économie plus durable.

En tant que régions phares en matière de développement touristique orienté vers les générations futures, nous nous engageons, avec nos partenaires, dans une démarche d’amélioration globale et continue qui permette d’atteindre cette présente vision.

Randonneur Petit Mont-3960x2228

Vers un tourisme transformationnel et responsable 

dans le Parc Gruyère Pays-d'Enhaut

Afin de repenser les habitudes de voyage et de loisirs, qui doivent impérativement s'allier à une préservation des écosystèmes et de l’environnement, le Parc naturel régional Gruyère Pays-d’Enhaut souhaite travailler de concert avec les destinations et autres acteurs locaux dans le but d’offrir de véritables alternatives responsables, minimisant les impacts négatifs sur le vivant et maximisant les retombées positives pour la population locale.

Pour parvenir à cet objectif de transition vers un tourisme plus durable, l’une des pistes possibles est celle du tourisme transformationnel. Ce concept envisage l'expérience touristique comme une opportunité d’effectuer des changements significatifs dans la conception du monde du voyageur d’ici ou d’ailleurs. Le visiteur est alors encouragé à se remettre en question, à prendre conscience des relations d’interdépendance avec les autres espèces et à s'engager dans des activités responsables comme le volontariat ou des projets de conservation. Il est plongé dans la culture locale et interagit avec les habitants, découvre leurs traditions et participe activement à des projets communautaires.

Volontaires montagne essertage 2

Travaux d'essartage réalisés par les bénévoles de Volontaires Montagne. 

Le tourisme transformationnel doit permettre un temps de réflexion portant sur les actions de la vie quotidienne, les besoins fondamentaux de chacun, en questionnant certaines habitudes. Cette approche permet de développer une compréhension plus profonde des différences et de promouvoir un respect mutuel, entre humains et entre les espèces.

C’est dans cette direction - à mi-chemin entre tourisme, sensibilisation et actions citoyennes - que le Parc naturel régional Gruyère Pays-d’Enhaut souhaite orienter le développement de ses offres, en bonne intelligence avec les offices du tourisme. Cette volonté a été inscrite dans son plan de gestion 2025-2028.