Migration des batraciens en demi-teinte ce printemps

Suggestions

Ce printemps, les deux barrières à amphibiens à Enney et aux Mosses posées par le Parc ont permis de sauver plus de 2000 individus. Les conditions météorologiques capricieuses ont toutefois freiné leur migration.

Après avoir passé l’hiver en milieux forestiers, bien abrités du gel, les amphibiens attendent les premiers signaux du printemps pour se réveiller et se mettre en marche. Afin de faciliter leur migration, le Parc Gruyère Pays-d’Enhaut, aidé de bénévoles, installe et gère chaque année deux barrières à batraciens : l’une à Enney, l’autre aux Mosses. Lorsque le printemps tarde à arriver, les crapauds, grenouilles, tritons et salamandres peuvent décider de ne pas migrer en direction de leurs plans d’eau et de renoncer ainsi à se reproduire. Ils savent que, si les conditions printanières sont trop mauvaises, la saison de reproduction sera écourtée avec pour conséquences des pontes perdues ou des têtards qui n'auront pas le temps de se métamorphoser.

Le printemps 2024 n’a ainsi pas été propice à la reproduction des batraciens. Le début d’année très doux et humide, suivi de gros épisodes de gel et de neige a freiné leur migration annuelle. De plus, la barrière installée à la fin février n’a pas pu anticiper la première vague de migration, déclenchée par un début de mois particulièrement clément. Les résultats de la migration sont donc mitigés, à l’image de la météo instable de la première moitié d’année.

À la barrière d’Enney, les bénévoles ont ramassé 279 crapauds communs, 87 grenouilles rousses et 3 tritons, soit 528 individus de moins qu’en 2023. Aux Mosses, le scénario était le même. Ce sont 2000 amphibiens, dont 1971 grenouilles rousses et 29 tritons, qui ont été trouvées dans les seaux contre près de 3000 individus en 2023.

La période de migration est aussi une excellente occasion de faire découvrir le monde des batraciens aux élèves au travers de divers animations. Cette année, quatre classes se sont rendues aux Mosses afin de participer aux relevées de la barrière.

Barrières à amphibien2
Barrières à amphibien1

Appel à bénévole pour la saison 2025

Malgré des résultats de migration plutôt faibles pour ce printemps, il est primordial de perpétuer les efforts afin d’assurer la survie de ces espèces souvent menacées. Le Parc va ainsi continuer son action de sauvetage des amphibiens en 2025 sur les deux sites. Sans le précieux appui des bénévoles qui participent activement aux relevés des barrières, il ne serait pas possible de sauver autant d’individus. Le Parc est donc à la recherche de nouveaux bénévoles pour le printemps prochain. Toutes personnes, intéressées et motivées à participer à cette action, peuvent d’annoncer auprès de Lea Megali, cheffe de projet, par courriel et par téléphone au 026 924 76 93.